Le vocabulaire de la dégustation

Le vocabulaire de la dégustation pour qui ?

Le vin c’est bien entendu le goût et la dégustation. Ce qui n’est pas évident, quand on découvre ce monde, c’est de comprendre les pros quand ils vous décrivent un vin. Certains ont un vocabulaire si fleuri qu’on se demande s’ils ne nous racontent pas des carabistouilles pour se faire mousser ou pour montrer leur science afin d’épater la galerie. Je dois donc enquêter, mes chers lecteurs, afin de savoir enfin si le vocabulaire de la dégustation repose vraiment sur des choses tangibles.

Des termes nombreux

Beaucoup de mots qui semblent précis existent, mais ce vocabulaire de la dégustation est-il accessible à tous ? Nous en trouvons des listes classés par ordre alphabétique comme ici par exemple. Tous ces termes marquent un intérêt certain mais de là à les utiliser et à bon escient, c’est une autre histoire. En forgeant on devient forgeron, une méthode pour apprendre ces mots consiste à l’imprimer et, le verre à la main, essayer de rapprocher ses sensations des mots sous les yeux. Pour le pas se perdre, je vous propose une liste réduite que nous pourrons augmenter au fil des dégustations.

 Deux termes positifs

Pour commencer facile à comprendre et à placer :

Aimable : Pour un vin agréable à boire. Ce terme est assez simple, comme il vient du verbe aimer, il reste assez personnel et il va convenir facilement à de nombreux vins. Qu’ils soient blancs, rouges ou rosés, jeunes ou vieux.

Ardent : Ce terme est plus précis, il désigne des vins plus alcoolisés. De ce fait ils chauffent la bouche d’où ce terme. Un coup d’œil sur l’étiquette nous renseigne. La moyenne est entre 11° et 12 ° dont si vous constatez qu’il est au-dessus il y a des chances pour qu’il soit ardent.

Deux termes négatifs

Âpre : Vous allez l’employer plutôt sur un vin rouge qui est trop riche en tanin et en acidité. Le goût n’est pas agréable, il est agressif dans la bouche et a tendance à la dessécher. Un terme similaire âcre qui a une connotation encore plus acide.

Les lecteurs qui ont lu cet article, ont aussi lu :  Mon premier article du blog

Astringent : L’origine de ce mot est plutôt positive puisqu’il sert à qualifier une substance qui aide à la cicatrisation en resserrant les tissus. Pour le vin en bouche, il attaque les muqueuses et il dessèche complètement la bouche. Ce terme se rapproche du précédent mais avec un effet physique plus marqué.

Un terme qui n’existe plus.

vocabulaire de la dégustation aile ou cuisseDans l’à propos du blog, je parlais d’un vin qui a de la cuisse. Depuis que je suis petit, c’est un terme qu’on employait sans savoir ce que cela signifiait et aussi pour se moquer gentiment du vocabulaire de la dégustation quand on ne sait rien sur le sujet. Lors de mon enquête, je pensais tomber sur ce terme dans les listes de qualificatifs. J’apprends avec horreur qu’il est complètement has been. La mode mais aussi l’évolution de la vinification a chassé quelques termes. Aujourd’hui pour un vin qui a « de la cuisse » on parle de « consistance et de nervosité » un vin bordelais jeune correspond à cette définition.

Le Pipotron de la dégustation

Pour briller en société ou si vous êtes critique de vin et que vous soyez en panne d’inspiration, le pipotron de la dégustation. Le site du château Loisel nous le propose, une efficacité redoutable. Je vous livre quelques exemples choisis : « On remarque tout d’abord le nez racé et puissant, finement boisé, sans excès. Superbe bouche qui apparaît soyeuse et souple, la texture est soyeuse. En confiance. » ou « Doté d’une robe intense, ce vin présente un nez complexe, aux notes florales douces. La bouche est séduisante, à la texture fine. Un vin long et expressif qui vieillira à merveille. » Cela donne vraiment envie…

Ce premier article sur le vocabulaire de la dégustation en amènera d’autres. Dès maintenant utilisez dès que vous pouvez ces termes et nous deviendrons les rois de l’expression en dégustation et sans pipotron ! Vous pouvez commenter cet article pour me faire part de termes mystérieux afin que je continue l’enquête.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*