C’est quoi un bon millésime ?

Une définition pour commencer

Le millésime est simplement l’année de vendange du raisin. Tous les ans les viticulteurs récoltent les fruits de leurs vignes avec un calendrier qui peut varier selon les régions, la météo et la taille du domaine. C’est la maturité de la baie qui commande. Si on veut du bon vin, il faut du bon raisin. Selon le résultat escompté et la situation géographique, les vendanges vont de fin Août à début octobre. Le vigneron ne fixe pas lui-même le top départ mais un arrêté préfectoral. On nomme ce feu vert : la levée du ban des vendanges. Des festivités l’accompagnent dans de nombreuses régions. Si un exploitant veut récolter plus tôt, il lui faut demander une dérogation.

A quoi ça sert d’avoir un millésime sur la bouteille

L’objectif est surtout d’avoir une indication sur l’âge du vin. Selon différents facteurs, un vin peut être bu jeune ou au contraire, on se retient pour encore mieux l’apprécier un peu plus tard. Tous les ans, des tableaux de millésimes sont édités afin de guider les consommateurs. Le but ultime est de boire le vin à son apogée, c’est-à-dire au moment où il sera le meilleur. Ces tableaux ne sont pas parole d’évangile, les conditions de conservation dans une cave, la parcelle sur laquelle la vigne a poussé et la date de la récolte influent sur le résultat. Néanmoins ce sont des indications utiles qui guident les amateurs de bonnes choses.

Quels sont les facteurs qui influent pour un bon millésime ?

Le premier d’entre tous, c’est la météo. Pendant l’hiver, la vigne est en dormance, mais les gelées surtout si elles durent plus de trois jours consécutifs, assainissent l’environnement. Des parasites nuisibles sont alors détruits. Dès que les beaux jours arrivent en mars, les yeux des vignerons sont fixés sur le site de météo France. Globalement, la recette idéale commence avec un printemps un peu humide pour bien irriguer les ceps. Pas trop, cette plante n’aime pas plus que ça d’avoir les pieds mouillés. Un été chaud et assez sec mais là encore une canicule peut être catastrophique et va assécher le raisin. Le résultat peut donner un vin trop sucré et pas assez acide qui ne se garde pas. Le début de l’automne pour la récolte doit être clément, pas trop pluvieux afin de ne pas diluer le résultat.

Bon d’accord, mais est-ce partout pareil ?

Ce serait trop simple, un excellent millésime en bordeaux peut être un millésime médiocre pour des vins de Loire par exemple. La météo (toujours elle) n’est pas forcement la même partout. La géographie et la nature des sols apportent une variété impressionnante dans un pays comme le nôtre. Pour corser l’affaire, certains n’hésitent pas à faire des vendanges tardives qui, si un été indien survient, peut changer de tout au tout le contenu de la bouteille. C’est cette diversité qui est passionnante.

Les lecteurs qui ont lu cet article, ont aussi lu :  C'est quoi au juste le phylloxéra ?

Et ailleurs dans le monde ?

Pour l’Europe, la situation est très similaire à la France. L’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne subissent le même genre d’aléa climatique. Le nouveau monde a une règle que l’union Européenne a adoptée. Pour afficher le millésime sur la bouteille il faut au minimum 85% de raisin de l’année et donc 15% peut provenir de jus des années précédentes. En Californie, au chili, Afrique du sud ou Australie, le climat est plus constant ce qui signifie que la qualité est très similaire d’une année pour l’autre. Le millésime sert donc à dater le vin il n’y a pratiquement pas de bonnes ou mauvaises année.

Quels vins ne portent pas de millésime ?

Dès que vous mélangez plusieurs années ensembles, c’en est fini de cette indication. Les vins de table n’ont jamais d’année de marquée. L’absence de cette indication ne signifie pas que le vin est mauvais. Au contraire, généralement le fait de mélanger permet d’apporter un résultat constant. Les vins doux en sont un exemple comme le porto ou le xérès. Afin d’apporter un produit fini toujours identique, les assemblages sont une règle.

Le cas du champagne

Comme la plupart des vins pétillants, le champagne en général n’a pas de millésime. L’objectif est comme pour le porto, d’avoir un produit similaire chaque année. Les assemblages sont le fruit de savants dosages entre les différents cépages (plusieurs types de raisins différents) et les années. Toutefois, si certaines années sont jugées exceptionnelles, les champenois décident de le sortir avec un millésime. Le vin sera donc différent et au passage souvent plus cher.

Que penser des millésimes ?

C’est un très bon outil pour apprécier l’évolution d’une année sur l’autre un vin. La recherche de l’apogée du goût permet même aux petites années de sortir leur épingle du jeu avec les conseils pour une dégustation anticipée. Nos papilles ne sont pas toutes formatées de même façon, chacun y peut trouver son compte. Le savoir-faire des vignerons permet de nous offrir des produits de qualité même si au départ les éléments ne sont pas favorables.

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos amis. Ceci est le premier article de mon défi, aidez-moi à aller au bout avec un commentaire.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    28
    Partages
  • 28
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*